Sites touristiques, OuidahVillage de DjègbadjiTemple des PythonsOuidah plageRoute de l'esclaveFresquesPorte du non-retour, Ouidah
Sites touristiques
Chrétiens et Musulmans
Sites de la colonisation
Sites du Culte Vodun
Places publiques et marchés
Circuits touristiques
Circuits sur l'eau
Circuits en ville
 
Autres
Réserver un circuit
Santé-sécurité
Nous écrire
Liens utiles
 

 

Découvrir >>L\'ancienne architecture

LA MAISON ADJAVON

Construite en 1922 par un commerçant exportateur d’huile de palme et importateur de tissus, la maison ADJAVON était l’un des édifices exceptionnels de Ouidah. Il témoignait de la richesse des grandes familles de commerçants de la côte et de leur volonté de la signifier dans les constructions afro-brésiliennes. Cette maison fut conçue comme résidence avant de connaître différentes affectations : siège d’institutions et sociétés, bibliothèques et logements pour militaires. Une restauration en 1980 l’a un peu dénaturée.

LA CONCESSION GOMEZ

Cette concession abrite des bâtiments construits en briquettes de terre cuite avec des élévations en parpaings de terre. Datant de 1922, ils ont des planchers de terre damée cimentée. Ils s’ouvrent sur de plusieurs cours. Ils ont toujours hébergé la famille GOMEZ. Le style afro-brésilien avait subi ici l’influence coloniale. Ainsi les fenêtres faisant faces à la rue étaient disposées dans un espace régulier et encadré de bandeaux peints en blanc.

LA CONCESSION LIMA

Datant du XIXè siècle, ce bâtiment afro-brésilien implanté au fond de la concession LIMA appartenait à la Brésilienne ANTONIA SEQUIERA épouse JOSE JAO LIMA. Avec ses murs en briquettes stabilisées et ses parpaings de ciment, il fut d’abord légué à JOACHIM JAO LIMA. Tout comme la propriétaire, lui aussi en avait fait une résidence privée.

LA MAISON DE COMMERCE ATINDEHOU

Construit en briquettes de terre cuite, cet immeuble date du début du XXè siècle. Il possède un plancher en boit (étage) et une galerie marchande qui était soutenue par des piliers en briques. Il fut bâti par un descendant de la famille ATINDEHOU. Il témoignait de la richesse des grands commerçants qui avaient prospéré grâce au commerce des oléagineuxs à OUIDAH. Actuellement propriété privée des ATINDEHOU, le rez-de-chaussée avait assuré une fonction commerciale et l’étage de résidence.

LA CONCESSION LIMA

Datant du XIXè siècle, ce bâtiment afro-brésilien implanté au fond de la concession LIMA appartenait à la Brésilienne ANTONIA SEQUIERA épouse JOSE JAO LIMA. Avec ses murs en briquettes stabilisées et ses parpaings de ciment, il fut d’abord légué à JOACHIM JAO LIMA. Tout comme la propriétaire, lui aussi en avait fait une résidence privée.

LA MAISON FERNANDO AMERICO

Le large portail surmonté d’une poutre avec motif décoratif donne une dimension monumentale à l’accès de cette maison. Construite vers 1910 par FERNANDO ABOUDOULAYE AMERICO, elle abrite un bâtiment afro-brésilien. Les fenêtres de cet édifice s’entourent d’une large moulure que l’on retrouve au chaînage et au couronnement de la clôture sous les allèges. Ses persiennes en bois de fabrication artisanale datent de la période de construction de la concession.

LA MAISON AGOSTINO MONTEÏRO

Cette maison construite dans les années 1930 était une propriété de AGOSTINO MONTEÏRO, ancien esclave affranchi qui vint s’installer à OUIDAH où il se reconvertit dans le commerce de l’or. Egalement collaborateur proche des opérateurs économiques portugais, AGOSTINO MONTEIRO avait richement équipé ses bâtiments afro-brésiliens. De nos jours, on y retrouve des vestiges de meubles de même style. Cela témoignait du savoir-faire des Afro-Brésiliens.

LA MAISON COFFI CHRISTIAN

Cette maison de style afro-brésilien aurait été bâtie vers 1900 sur une parcelle acquise auprès de la famille de SOUZA par COFFI CHRISTIAN. Celui-ci était un riche commerçant originaire d’AGOUE, près de la frontière Bénin – Togo. Au début du XXè siècle, le rez-de-chaussée de l’immeuble lui avait servi de boutique et l’étalage de résidence. Cette architecture marquait l’implantation de COFFI CHRISTIAN à OUIDAH et témoignait de sa réussite dans le commerce. De nos jours, on retrouve dans la maison une margelle en ciment datant de 1961.

LA MAISON ASSANI

Propriété privée de la collectivité ASSANI, le domaine qu’occupe cette maison fut acheté au début du XXè siècle par ASSANI ALADJANIGBON, ancien chasseur devenu commerçant. L’ensemble des bâtiments afro-brésiliens qui s’y trouvent date de 1907. Ils témoignent de l’introduction de la modernité au sein même des communautés et groupes socioculturels les plus conservateurs tels les musulmans de ce quartier MARO. La concession a tout le temps servi de maison d’habitation.
 

 

Avec l'appui financier de la GTZ GmbH dans le cadre du Programme PDDC

 
© 2010 - 2017 Office de Tourisme de Ouidah Tous droits réservés