Sites touristiques, OuidahVillage de DjègbadjiTemple des PythonsOuidah plageRoute de l'esclaveFresquesPorte du non-retour, Ouidah
Sites touristiques
Chrétiens et Musulmans
Sites de la colonisation
Sites du Culte Vodun
Places publiques et marchés
Circuits touristiques
Circuits sur l'eau
Circuits en ville
 
Autres
Réserver un circuit
Santé-sécurité
Nous écrire
Liens utiles
 

 

Patrimoine >>Patrimoine religieux

Séminaire Saint Gall

NOM  : Séminaire Saint Gall

LOCALISATION

Commune : Ouidah
Quartier    :    
Adresse    : 4/5 Km au Nord de la ville sur la route de Savi

IDENTIFICATION

Nature du Patrimoine : Ensemble de bâtis coloniaux
Fonction  Initiale   : Religieuse et  Résidentielle
Fonction Actuelle   : Formation religieuse et résidentielle
Période de Construction : Terrain acquis en 1899 par Mgr Steinmetz et devient un  
Séminaire en 1914.

CARACTERISTIQUES

Description sommaire

Ensemble de bâtiments construits en parpaings de ciment certains en terre de barre couverts de tôles à différentes périodes.

Le 1er bâtiment érigé en 1914 est l’édification centrale, caractéristique de l’architecture coloniale qui a été achevé en 1930.

Le domaine se caractérise par un certain nombre d’édifices dispersés soit 35 bâtiments construits progressivement entre 1930, 1939, 1955, 1970 et 1984.

Il comporte :
•    Le  Séminaire avec 17 bâtiments : chapelle, salles de classe, infirmerie, cuisine, logement des sœurs et 2 bâtisses à 2 niveaux (R + 1) ;

-    logement des étudiants et bibliothèque (1955)
-    logements, infirmerie (1970).

•    Communauté des Frères de Jésus
Comporte une chapelle (1950) des logements, salles de classe, et magasins (en terre de barre)

•    Centre catéchistique
A des bureaux et logement de père (R + 1), une cuisine, une chapelle, des salles de cours et de logement des catéchistes.

Historique

C’est le père Steinmetz qui créa d’abord vers 1899 une ferme, à la sortie de Ouidah pour alimenter les ressources de la Communauté catholique. Il installa une ferme, Jeanne d’Arc, que les habitants de Ouidah appelaient ‘‘Padrigléta’’ (1.700 palmiers à huile, 2.000 cocotiers et 11.000 cafetiers sur 100 hectares).

En 1910, il y implanta un séminaire pour former des prêtres. Dès 1919, il y accueille des futurs prêtres des colonies voisines (Togo et Côte d’ Ivoire).

En 1929, le diocèse suisse de St Gall prend en charge la construction d’un grand séminaire qui portera le nom de ce canton. Il sera agrandi à plusieurs reprises et a accueilli les novices du Bénin, du Niger, du Burkina, du Togo, du Cameroun. Le vaste domaine est bien entretenu.

Temple Protestant

NOM  : Temple Protestant   

LOCALISATION

Commune :    Ouidah
Quartier    :    Fonsramè
Adresse    :    A proximité du Temple Nensuxuε, sur la route menant au marché Kpassè

IDENTIFICATION

Nature du Patrimoine  : Temple Religieux
Fonction  Initiale : Religieuse (Culte protestant) Résidentielle (Résidence du Pasteur)
Fonction Actuelle : Religieuse et Résidentielle
Période de Construction : Construite en 1905 par le Pasteur John Milum.

CARACTERISTIQUES

Description sommaire

Le temple a été initialement construit en terre (1905) puis reconstruit entre 1953 (ou 1945 ?) en briques de terre cuites, doté d’une charpente métallique et couvert d’un toit en tôle.

Il présente des proportions massives et à la forme d’un parallélépipède. Il est identique à celui des missions du Ghana et du Nigeria. Il a été fermé suite à un mauvais entretien entre 2000 et 2006.

Historique

Le protestantisme fut introduit au début du XIXe siècle par Thomas Birch Freeman qui fonda des missions au Ghana, à Badagri et Abéokuta (Nigeria).

Il fonda une mission à Ouidah avec l’autorisation de Ghezo et s’installa en 1843 lorsqu’il obtint le droit d’exercer son culte auprès de F.F. de Souza.

En 1854 il crée une mission interdite par Glèlè en 1864 qui obligea les fidèles à se réfugier à Agoué et grand Popo. En 1878, Glèlè autorisa le pasteur John Milum à ouvrir la mission de Ouidah en 1881.

En 1905, les GNAHOUI résidant au quartier Fonsramè offrirent un terrain pour la construction du temple. Le bâtiment en terre a été remplacé en 1953 par l’actuel édifice.

La résidence du pasteur est construite en terre et demeure fonctionnelle. Un local en parpaings de ciment a servi de lieu de culte de 2000 à 2006.

Grande Mosquée et Ancienne Mosquée

NOM :  Grande Mosquée et Ancienne Mosquée

LOCALISATION
    
Commune :    Ouidah
Quartier    :    Abatta
Adresse     :    Face à la Maison das Neves (Nevis)
Aproximité de la place où aurait été construit le 1er Temple de Daagbo
Hounon

IDENTIFICATION

Nature du Patrimoine     : Bâtiment africain brésilien
Fonction  Initiale               : Religieux
Fonction Actuelle               : Religieux
Période de Construction : Début du XIXe siècle

CARACTERISTIQUES

Description sommaire

L’ancienne mosquée est remarquable par ses gros piliers intérieurs en terre. Elle est composée de deux (02) structures superposées : un bâtiment en terre avec des poteaux épais (80 cm), agrandi avec des parpaings de ciment, entouré d’une galerie extérieure.

La grande mosquée fut élevée sur l’ancien emplacement du Temple de Daagbo Hounon, sur autorisation de l’administration coloniale au début du XIXe siècle.

Le bâtiment a des similitudes avec celui de Porto-Novo qui s’est inspiré de la mosquée initiale de Lagos (qui a été détruite) et des structures des églises catholiques de San Salvador de Bahia.

La construction faute de moyen s’étala sur des dizaines d’années. Ainsi le bâtiment comporte plusieurs types de matériaux : briques de terre cuite, parpaings de ciment, escaliers en béton armé…..

En 1978, la communauté musulmane érigea deux (02) minarets. La mosquée semble ainsi hétéroclite  et manque de cohérence architecturale.

Elle comporte :

•    un espace pour les hommes (central) et une partie réservée aux femmes (latérale) ;
•    un espace réservé aux hommes notables (mezzanine latérale).

En 1990, le rez-de-chaussée de la mosquée a été badigeonné en blanc.

Historique

Originaires du royaume d’Oyo, les commerçants yoruba impliqués dans la traite négrière s’installèrent à Ouidah dès la fin du XVIIe siècle.  

Une première mosquée a été construite en terre dans le quartier Zomaï où se fixèrent de nombreuses familles yoruba, puis ils construirent une grande mosquée. L’agrandissement a été réalisé avec des parpaings de ciment.

A cette communauté s’est ajoutée celle des haoussa, vendeurs de bétail et artisans.

L’ancienne mosquée en terre a été conservée probablement par un souci patrimonial de conservation.

Basilique Immaculée Conception

NOM : Basilique Immaculée Conception

LOCALISATION

Commune :    Ouidah
Quartier    :    Tovè I
Adresse    :    Place Agoli / face au T. Dangbéxwe

IDENTIFICATION

Nature du Patrimoine  : Bâti colonial (à usage religieux)
Fonction  Initiale   : Religieuse
Fonction Actuelle   : Religieuse et Résidentielle
Période de Construction : Début XXe siècle  1907

CARACTERISTIQUES

Description sommaire

Elle a été construite sous forme rectangulaire en briques cuites avec une structure de poteaux métalliques. La charpente est en bois recouverte de tôle ondulée. Elle a rang de basilique et a été restaurée et clôture en 1990

Historique

En 1892, le père  Steinmetz s’installe provisoirement un africain brésilien. En 1895, il négocie avec l’administration coloniale qui lui attribue le site de Yovogan Dagba, près de la place Agoli, face au temple des pythons. Il entreprend la construction d’une église dédiée à l’Immaculée Conception.

Les plans ont été élaborés en France. Les travaux sont arrêtés en 1906, puis ils reprennent en 1908, sous la direction du père Steinmetz. Le bâtiment a été consacré en 1907 et a eu le statut de cathédrale jusqu’au transfert de l’archevêché à Cotonou.

Temple des Pythons Dangbèxwé et Place Agoli

NOM : Temple des Pythons Dangbèxwε et Place Agoli

LOCALISATION
    
Arrondissement :Ouidah
Quartier  :Dangbèxu
Adresse   :Place Agoli / face à la Basilique

IDENTIFICATION

Nature du Patrimoine : Ensembles comportant temple et reliques de forêt sacrée(Loko et baobab)

Fonction  Initiale : Religieuse / Culte fondateur de la ville de Ouidah
Fonction Actuelle : Religieux et historique / site historique et touristique

Période de Construction :

•Site existant depuis fin XVIIe siècle (rf relations des voyageurs européens)

•Bâtis restaurés en 1992 par le FAC et interventions des familles détentrices du bien.

CARACTERISTIQUES

Description sommaire

•   Actuellement le site du Temple comprend :

1ère Cour :

-    un bâtiment en forme de cône tronqué, en parpaings de ciment abritant les pythons vivants ;
-    un bâtiment en forme de case ronde, à l’entrée, recouvert de chaume l’élément historique) ;
-    un bâtiment de terre protégé, couvert de tôles abritant une divinité protectrice ;
-    deux (02) petites cases rondes.

2ème Cour

-    3 à 4 arbres centenaires (irokos) ;
-    Clôture de ciment peinte en rose.

•    Place Agoli

C’est le centre le plus ancien de la ville où se déroule la cérémonie Dangbe Gozen et où aurait  été installé la 1ère ferme, Gléxwé. A proximité résidèrent de nombreux yovogan.

Elle est marqués par deux (02) espaces religieux symboliques : la Basilique et le Temple des pythons où se déroulent les grandes cérémonies religieuses.

Aujourd’hui l’espace est aménagé par des pavés et il y subsiste un baobab centenaire.

Historique

C’est le temple le plus connu de la ville et que les visiteurs occidentaux ont décrit dans leurs relations de voyage depuis le XVIIIe siècle (Bosman – Pommegorge, Père Lebat.).

Selon les traditions orales la victoire des Xuéda sur l’armée d’Allada au XVIIIe siècle, serait attribuée au prodige et à l’aide d’un python (rf Voyage du Chevaliers de Marchais – Père Lebat).

Il a été décrit aussi par l’Abbé Lafitte (1870).

La tradition orale rapporte aussi qu’il aurait été construit à SAHE et pourrait avoir subi plusieurs déplacements.

Selon Bosman, il aurait existé depuis la fin du XVIIe siècle.  On attribue aussi son installation entre 1727 (conquête de Savi par le roi Agadja) et 1764, date d’arrivée de Pruneau de Pommegorge).

Complexe Culturel Daagbo Hounon

NOM : Complexe Culturel Daagbo Hounon 

LOCALISATION

Commune : Ouidah
Quartier    :  Sogbadji
Adresse    :    

IDENTIFICATION

Nature du Patrimoine      : Architecture vernaculaire
Fonction  Initiale   : Religieux (prêtre et adeptes et faucilles)
Fonction Actuelle   : Religieux et Résidentielle
Période de Construction  :

CARACTERISTIQUES

Description sommaire

Le complexe comporte des temples, un couvent, des espaces privés et publics.

•  Espace accessible au public comprend :

- 5 cours dont l’une est dénommée Dihoué
- 10 bâtiments en parpaings de ciment réservés à des logements du prêtre et de sa famille
- 3 temples : temple du ‘‘fétiche’’ So (en terre) et temples de Dan et Hoyo (en parpaings de ciment)
•  Le couvent comprend 3 cours en latérite autour desquels articulent les logements des adeptes et des personnes en cours d’initiation.

• Les bâtiments occupés uniquement au cours des cérémonies et lors de l’initiation des novices.

La dimension religieuse est matérialisée par les diverses fresques murales polychromes intérieures et extérieures, un chaquu blanc sur un mât, qui signale la présence de vodoun et un grand iroko (vodoun loko) planté dans la partie sacrée du domaine.

Historique

Le complexe est dirigé par Daagbo Hounon, Chef suprême des vodoun. Il dirige les grandes cérémonies Xugozen, Xuta Yiyi et le culte Adantoxu, divinité suprême de Ouidah.

Xugozen est consacrée à la divinité de la mer et se déroule par une procession d’adeptes de différents couvents portant des jarres pour recueillir l’eau dans la mare sacrée de vodoun Huntonu ou Gantè

Xutayiyi était organisée autrefois tous les 20/30 ans, puis tous les 7 ans. Daagbo Hounon se rend en procession à la mer avec les objets sacrés de Adantoxu Agbe et de Avrekete pour accomplir les sacrifices et libations.

 

 

Avec l'appui financier de la GTZ GmbH dans le cadre du Programme PDDC

 
© 2010 - 2017 Office de Tourisme de Ouidah Tous droits réservés